Styx

200 euros



3 Poster un commentaire

Passion'Ailes

offert



3 Poster un commentaire

Le baton du marcheur

offert



0 Poster un commentaire

les chaumes

Tout en haut du massif, une prairie nommée chaume
Quelques heures durant deviendra mon royaume
Dans les doux pâturages, loin des hommes, de leur faune
S'étendre au soleil et goûter l'herbe jaune.

 

Comme une fraîche haleine, une brise embaumée
Vient caresser ma peau de son souffle léger,
Des notes de senteurs poudrées, douces et ambrées
Parfument délicatement l'air d'un arôme sucré.

 

Dans le ciel azuré d"un camaïeu de bleus
S'effranchent et s'effilochent les nuages cotonneux
Ployant et déployant leurs voilures ouatées
Dessinant dans les cieux leurs formes veloutées.

 

Un oiseau plane au loin et avec lui s'envolent
Mes pensées; un instant, quitter la terre, le sol
Contempler de plus haut, les champs verts et féconds,
Les prés fleuris, les forêts et les monts.

 

Tourbillonner, pirouetter, virevolter,
De vallons en collines, de montagnes en vallées,
Se perdre et chavirer dans les voilures du vent
Et se fondre aérienne dans un souffle enivrant.

 

Doucement redescendre, revenir au présent

au silence tout juste troublé par le bourdonnement
D'un insecte se posant juste à côté de moi
en chantant son bonheur tout simple d'être là

 

Tout à l'heure j'entendrai montant de la vallée
De l'église tout en bas le carillon sonner
Le tintement lointain des cloches d'un troupeau
Quittant les pâturages pour rentrer au hameau.

 

Le soleil affaibli, dorera les vallons
Colorera le ciel d'un rouge vermillon
Avant de disparaître et de clore ce jour
me rappelant déjà qu'il est l'heure du retour.

 

C'est là dans la nature, là où s'oublie les heures
que je viendrai encore respirer les parfums de douceurs
Dans le calme touchant de la terre et des cieux
Où tout me semble soudain parfait et délicieux.

 

Ysabel


14/10/2017
1 Poster un commentaire

Une comédie dramatique socio-éducatif très bien réussi

199993.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Une comédie dramatique socio-éducative très bien réussi. Si on se cantonne au pitch "un professeur du prestigieux lycée Henri IV se retrouve parachuté en banlieue,  on pourrait craindre que le film ne verse dans les clichés et travers manichéens enrobés de bons sentiment mais il n'en est rien; l'histoire, est abordé avec justesse avec une mise en situation très intelligente des personnages, une gestion des émotions très habilement organisée, un jeu d'acteurs excellent où les échanges entre comédiens professionnels du cinéma, du théâtre et non professionnels se font en parfaite symbiose.Denis Podalydes démontre une fois de plus son immense palette de jeu. 


08/10/2017
0 Poster un commentaire

Otez moi d'un doute

377670.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Voilà assurément un très joli titre pour un film sur la paternité et les questionnements sur ses origines.Une qualité d'écriture, des dialogues enlevés et un  texte ciselé au service de l'histoire.  Une histoire toute en finesse et sobriété qui ne laisse pas indifférent et qui fait réfléchir à des thèmes universels comme la filiation, nos racines et la transmission.  François Damiens est excellent et  Cécile de France toujours aussi pétillante !

 


08/10/2017
0 Poster un commentaire

OKJA

 039567.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Pamphlet contre l'industrie agro-alimentaire,conte émouvant pointant du doigt les incohérences et défauts de notre société. OKJA, film corééen est une fable poignante sur la méchanceté humaine, sa nocivité, sa rapacité,  en forme d'ode à la nature et de brulot anti-capitaliste. 


22/07/2017
0 Poster un commentaire

13

P1020902.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire

13

P1010847.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire

12

P1010614.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire

11

DSC_0005.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire

10

16507465_10212226347040052_741975312_n.jpg


16/07/2017
0 Poster un commentaire

9

P1140654.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire

8

P1020970.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire

Nous avons tué Stella-Marlen Haushofer

51MG3QZSYEL._SX292_BO1204203200_.jpg

Un roman que je n'ai pas pu lâcher avant la dernière page...Un texte court et décapant,intense en écriture, qui ordonne efficacement toutes les conventions bourgeoises et leurs justifications pour notre vie à abandonner les autres, à les laisser dans leurs problèmes, sans agir. 


02/07/2017
0 Poster un commentaire