Lever de rideau sur Edward Hopper de Karin Müller

 

Une belle et courte biographie écrite à la première personne de ce peintre dont je ne me lasse pas de contempler les toiles et dont la rétrospective au Grand Palais m'avait particulièrement émue.

 

Peinture ambiguë, mystérieuse.  On a évoqué pour parler des réalisations du peintre, le silence, la solitude mais aussi la représentation de la  vie américaine mais avant tout la peinture figurative d’Edward Hopper donne quelques indications, quelques pistes sur l’homme qu’il était, sur sa vision des choses et l’oeil se promène fasciné et intrigué par ses personnages figés comme saisis par l’objectif d’un appareil photographique et qui attendent…. mais quoi ? L’étrangeté est même dans ses paysages, ses représentations de la ville où il semble que la vie se soit arrêtée, où ne figure la plupart du temps nul personnage.



11/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres