Styx

200 euros



3 Poster un commentaire

Passion'Ailes

offert



3 Poster un commentaire

Le baton du marcheur

offert



0 Poster un commentaire

Un jour d'Hiver

Le ciel a, ce matin, une pâleur vieil argent
Le grand pré, vert hier, est aujourd'hui si blanc
Nul mouvement, nul bruit, tout semble s'être tu
Le temps même, à cette heure, me semble suspendu.

La neige, déjà épaisse, charge le sol glacé
Comme une large cape doucement déployée,
Sur laquelle, d'un bruit sourd, viennent s'écraser mes pas
Teintant là mes empreintes d' une couleur sépia.

L'air est épais et froid, et les flocons dansants
Virevoltent, scintillent et choient sur le sol frissonnant;
D'autres perdus aux vents, tombent des arbres aplatis;
Mon âmes est en silences, mes pensées engourdies.

Les grands sapins s'étirent, haut, jusqu'au firmament;
Leurs épineuses branches ploient sous le fardeau blanc.
Les arbres aux rameaux nus, cristallisés de gel,
Semblent n'être plus rien que des fantômes de sel.

Quelques corneilles noires, aux plumes ébouriffées
S'envolent en corbinant, dans le ciel délavé;
troublant en point de suspension le silence
de leurs cris rauques et glaçant d'insolence.

Une branche de houx, aux perles rouges et luisantes
Pavoise fièrement d'être si résistante
et de donner encore au cœur de l'hiver blanc
une touche de couleur d'un rubis éclatant.

Mais le nuit tombe vite, comme un voleur en fuite.
Je rebrousse chemin et referme le chapître.
L'air plus froid encore soupirant de mes lèvres
Imprime un nuage comme une vapeur de fièvre.

Cheveux poudrés de blanc faïence, les joues rosies,
le nez rougi, je passe sous la branche de gui,
Ces petites perles nacrées, sensée me protéger
Quand je laisse au dehors la nature enneigée.

Semblant reconnaissant, sur le large fauteuil,
Les deux gros chat ronronnent, ouvrent parfois un œil;
J'ôte pull et mitaine près de l'âtre crépitant
Un calme solennel semble envelopper le temps

I.C RUEST


01/12/2017
1 Poster un commentaire

Brio

2444205.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Des dialogues aiguisés et corrosifs dans ce film l'Yvan Attal qui traite formidablement  les thèmes sur le racisme, la différence, la réussite et la diversité. Daniel Auteuil et Camillia Jordana se lancent dans une joute sociale et verbale jouissive en nous entraînant dans  l’univers de l’éloquence avec... brio! 


26/11/2017
1 Poster un commentaire

Au revoir la haut

23316427_10155521337530862_4813236050118746314_n.jpg

Je l'attendais avec une telle impatience ce dernier Dupontel... Et bien je n'ai pas été déçue. On ne peut être que comblé par toute cette palette de sentiments et d’émotions que nous réserve tel un présent ce cinéaste décidément plus que doué, un sacré bonhomme vraiment... Un véritable festival qui sait savamment osciller du drame profond à une légèreté apparente et bienfaisante, et dont rien que la scène finale d’une intensité et d’une tension à couper le souffle, vaut à elle seule le coup d’être découverte ! Avec « Au revoir là-haut », l’horreur donne rendez-vous à la magie, un tour de force que signe là Albert Dupontel avec éclat et sensibilité, en adaptant ce prix Goncourt de Pierre Lemaître! Une réussite époustouflante où la terrible guerre des tranchées, montrée sous un réalisme unique et saisissant, arrive à côtoyer des instants merveilleux de grâce et de délicatesse ! Tout sera dit avec un simple échange de regards, doublé de quelques très beaux croquis à l’aquarelle et ensuite les bombes et l’horreur, jusqu’à être enseveli vivant... 


08/11/2017
1 Poster un commentaire

L'école buissonnière

351089.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg Un film simple, sensible visuellement extraordinaire, qui fait  voyager à travers des paysages absolument sublimes. Nature pure et humanisme avec une réalisation très classique et un montage soigné ajouté à  un jeu d'acteurs de grande qualité 

En résumé un grand bol d'air frais sur tous les plans,Un moment suspendu qui fait du bien.

 


08/11/2017
0 Poster un commentaire

Le Sens de la Fête

0224917.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Une bonne comédie française à l'humour rafraîchissant, bien dosé , bien ficelé et intelligent .Jean Pierre Bachri excelle dans son rôle de patron bourru au grand cœur


08/11/2017
1 Poster un commentaire

les chaumes

Tout en haut du massif, une prairie nommée chaume
Quelques heures durant deviendra mon royaume
Dans les doux pâturages, loin des hommes, de leur faune
S'étendre au soleil et goûter l'herbe jaune.

 

Comme une fraîche haleine, une brise embaumée
Vient caresser ma peau de son souffle léger,
Des notes de senteurs poudrées, douces et ambrées
Parfument délicatement l'air d'un arôme sucré.

 

Dans le ciel azuré d"un camaïeu de bleus
S'effranchent et s'effilochent les nuages cotonneux
Ployant et déployant leurs voilures ouatées
Dessinant dans les cieux leurs formes veloutées.

 

Un oiseau plane au loin et avec lui s'envolent
Mes pensées; un instant, quitter la terre, le sol
Contempler de plus haut, les champs verts et féconds,
Les prés fleuris, les forêts et les monts.

 

Tourbillonner, pirouetter, virevolter,
De vallons en collines, de montagnes en vallées,
Se perdre et chavirer dans les voilures du vent
Et se fondre aérienne dans un souffle enivrant.

 

Doucement redescendre, revenir au présent

au silence tout juste troublé par le bourdonnement
D'un insecte se posant juste à côté de moi
en chantant son bonheur tout simple d'être là

 

Tout à l'heure j'entendrai montant de la vallée
De l'église tout en bas le carillon sonner
Le tintement lointain des cloches d'un troupeau
Quittant les pâturages pour rentrer au hameau.

 

Le soleil affaibli, dorera les vallons
Colorera le ciel d'un rouge vermillon
Avant de disparaître et de clore ce jour
me rappelant déjà qu'il est l'heure du retour.

 

C'est là dans la nature, là où s'oublie les heures
que je viendrai encore respirer les parfums de douceurs
Dans le calme touchant de la terre et des cieux
Où tout me semble soudain parfait et délicieux.

 

Ysabel


14/10/2017
1 Poster un commentaire

Une comédie dramatique socio-éducatif très bien réussi

199993.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Une comédie dramatique socio-éducative très bien réussi. Si on se cantonne au pitch "un professeur du prestigieux lycée Henri IV se retrouve parachuté en banlieue,  on pourrait craindre que le film ne verse dans les clichés et travers manichéens enrobés de bons sentiment mais il n'en est rien; l'histoire, est abordé avec justesse avec une mise en situation très intelligente des personnages, une gestion des émotions très habilement organisée, un jeu d'acteurs excellent où les échanges entre comédiens professionnels du cinéma, du théâtre et non professionnels se font en parfaite symbiose.Denis Podalydes démontre une fois de plus son immense palette de jeu. 


08/10/2017
0 Poster un commentaire

Otez moi d'un doute

377670.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Voilà assurément un très joli titre pour un film sur la paternité et les questionnements sur ses origines.Une qualité d'écriture, des dialogues enlevés et un  texte ciselé au service de l'histoire.  Une histoire toute en finesse et sobriété qui ne laisse pas indifférent et qui fait réfléchir à des thèmes universels comme la filiation, nos racines et la transmission.  François Damiens est excellent et  Cécile de France toujours aussi pétillante !

 


08/10/2017
0 Poster un commentaire

OKJA

 039567.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Pamphlet contre l'industrie agro-alimentaire,conte émouvant pointant du doigt les incohérences et défauts de notre société. OKJA, film corééen est une fable poignante sur la méchanceté humaine, sa nocivité, sa rapacité,  en forme d'ode à la nature et de brulot anti-capitaliste. 


22/07/2017
0 Poster un commentaire

13

P1020902.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire

13

P1010847.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire

12

P1010614.JPG


16/07/2017
0 Poster un commentaire