REDEVENIR ENFANT

Redevenir enfant et faire de l'inutile.

 
J'ai placé devant moi ma feuille de papier blanc
La palette porcelaine encore immaculée
Un vieux gobelet de verre au liquide transparent
Un chiffon déchiré dans un torchon usé
 
Dans une boite en bois, les godets d'aquarelle
Couleurs pigmentées aux teintes chatoyantes
Seront pour quelques heures mes compagnes sensuelles
M'offrant le doux plaisir de nuances ondoyantes
 
Le pinceau au long manche s'offre alors à ma main.
Est ce moi qui le guide, est ce lui qui m'éclaire?
Plongé dans l'eau limpide, ses poils ne font qu'un
S'allongeant, s'unissant en une pointe angulaire.
 
Tour à tour, il caresse des rouges vifs carmin,
Des pourpres et des safrans et des bleus d’améthyste
Des verts véronèses et comme sur de satin
Il lèche le papier, l'effleure, le perle et glisse.
 
Le trait part, défaille, dérape; je le rattrape;
des formes naissent, disparaissent, la couleur de délie;
j'accueille l’imprévisible qui s'en échappe
où le hasard de l'eau donne à la forme vie.
 
Rêver, s'aventurer sur des palettes de saisons,
Laisser couler des vagues, à jamais immobiles
des pétales de fleurs qui jamais ne faneront
des nuages arrêtés dans des cieux malhabiles.
 
Chercher au fond de soi un refuge de couleurs
fluides et transparentes; y faire fondre le temps
Dans cette méditation où je suspends les heures
Où rien n'a plus de valeur à l'instant que l'instant.
 

Redevenir enfant et faire de l'inutile.



30/09/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres