Tu étais l'univers

Tu étais l'univers et moi son energie

et fabulions sans cesse dans le bleu des génies

Nous étions cette force qui s'abreuvait d'amour

nous incarnions la terre et ses plus beaux contours

J'ai tenté d'oublier jusqu'à ton doux parfum

et toute ces promesses que nous aions scellées

ces rayons de lumières qui traversaient nos mains

quand l'été semblait clair au bord des traversées

et toute la candeur qui vivait dans nos yeux

je la sanglotte encore lorsque tombe la nuit

et je jette un remords en regardant les cieux

car la pluie tambourine sur mes larmes enfuies

de la terre dans les mains c'est tout ce qu'il me reste

un tricot lie de vin au fond de mon armoire

des souvenirs battant sous le cuir de ma veste

et des regrets gisant au fond de ma mémoire.



18/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres